Quelle est la différence entre une crèche privée et une crèche municipale ?

Le statut privé ou public d’une structure d’accueil collectif dépend de son gestionnaire. L’établissement sera public s’il est géré par une collectivité territoriale ou par un établissement public. S’il s’agit, à l’inverse, d’un gestionnaire privé, on parlera logiquement de crèche privée.

Les crèches publiques – municipales, la plupart du temps – accueillent des petits bouts à partir de 10 semaines et jusqu’à leurs 3 ans. Une structure de cette nature peut compter jusqu’à 60 berceaux. La demande d’inscription doit être effectuée par les parents le plus rapidement possible – avant la naissance du petit trésor – car les places disponibles sont souvent rares. Dans de nombreuses structures, l’accueil des enfants n’est ouvert que lorsque les deux représentants légaux travaillent. Le coût horaire de l’accueil au sein d’une crèche publique est fixé légalement par la Caisse nationale des allocations familiales. Il est corrélé aux revenus du foyer fiscal et au nombre d’enfants à charge.

Les crèches privées peuvent dépendre de divers gestionnaires : une association, une entreprise, plusieurs entreprises… Comme pour les crèches publiques, ces structures se doivent de respecter le Code de la santé et d’obtenir un agrément délivré par la Protection Maternelle Infantile pour fonctionner.

Parmi les différences notables entre les deux types de structures, figurent :

  • L’amplitude horaire : les crèches privées proposent généralement une plus large amplitude horaire et ne ferment pas systématiquement lors des vacances scolaires, là où la majorité des crèches publiques ferment leur porte un mois pendant l’été et également au cours de l’année.
  • L’accessibilité : il est possible de faire une demande d’inscription au sein d’une crèche privée à n’importe quel moment de l’année. L’attribution des places en crèche publique, elle, est réalisée par une commission municipale qui ne se tient généralement qu’en début d’année.
  • L’accueil individualisé : les structures privées accueillent généralement moins d’enfants que les crèches municipales. Le taux d’encadrement est généralement supérieur, ce qui permet une prise en charge du petit plus personnalisée.

Partagez cet article !