Quelles sont les évictions possibles dans une crèche privée ?

Au sein d’une collectivité – aussi réduite soit-elle –, le risque de contamination est important. C’est la raison pour laquelle les maladies et les épidémies font l’objet d’un protocole particulier. Les maladies virales et infectieuses sont néanmoins courantes chez les enfants en bas âge et ne constituent pas nécessairement un critère d’éviction. Si votre bout de chou se sent bien et ne subit pas sa journée, il sera accueilli par l’équipe encadrante. S’il présente des symptômes tels que de la fièvre ou des troubles digestifs, vous serez tout de suite tenus informés et pourrez, si vous le juger nécessaire, consulter un médecin. Si votre trésor souffre d’une maladie reconnue comme contagieuse, il ne pourra être accepté en crèche. Parmi les maladies soumises à éviction, on peut citer l’angine à streptocoque, la scarlatine, la coqueluche, l’impétigo ou encore la rougeole.

La plupart des crèches privées accueillent les tout-petits qui suivent un traitement médical sous certaines conditions. Les médicaments ne seront administrés que si vous communiquez au référent la prescription, signée par le médecin traitant de votre enfant. L’ordonnance devra mentionner toutes les précisions nécessaires : nom et prénom du petit monstre, âge, nom du médicament, posologie précise, durée du traitement, mode d’administration. Généralement, vous devez remettre en main propre le traitement à la personne référente. Les préparations médicamenteuses ne doivent pas être diluées par avance, l’équipe s’en chargera. Il est également impératif que vous informiez clairement l’équipe pédagogique des médicaments déjà pris par votre enfant avant son arrivée, de manière à éviter les surdosages.


Partagez cet article !